Accueil Après-vente Services connectés : Another one bites the Drust

Services connectés : Another one bites the Drust

69
0

Comment la révolution AutoTech fait sa mise à jour…

La connectivité prend une part prépondérante dans les véhicules neufs depuis plus de 10 ans. D’innombrables initiatives et services dédiés ont vu le jour pour accompagner cette dynamique en seconde monte, soit pour des millions d’automobilistes et de voitures du parc roulant. Sans pour autant dégager de modèle économique pérenne et tenir la promesse de nouveaux profits  Deux solutions cohabitaient depuis le début de la décennie : les boîtiers connectés associés à une plateforme (Xee, Drust, Oocar) et les application mobiles. Le nombre de ces dernières augmente de façon exponentielle quand la première catégorie semble achever une phase de consolidation particulièrement mouvementée. Un point d’étape sur la révolution « AutoTech » s’imposait.

Télécharger le E-MAG

C’était un secret de Polichinelle dans le landernau du digital automobile. Seul le Journal du Net s’est fait l’écho du rachat de la technologie Drust par l’équipementier Continental. Après Oocar, il s’agit donc de la deuxième solution de collecte de données véhicule basée sur un boîtier connecté (un « dongle » branché à la prise OBD2) à tirer sa révérence. Seul rescapé de cette catégorie de produits, le boîtier XeeConnect n’est plus vendu au grand public depuis plus de deux ans, date à laquelle l’entreprise se recentra uniquement sur le marché BtoB.

Dans l’univers des solutions seconde monte dédiées à l’automobile, les boîtiers connectés ont immédiatement subi la concurrence des applications mobiles iOS et android. Si la précision des données de géolocalisation ou de l’accéléromètre du téléphone portable pouvait laisser à désirer il y a cinq ans encore, les progrès sont  depuistels qu’une myriade de services autour de l’automobile a vu le jour. Entretien-maintenance, lavage et carburant sont quelques-uns des domaines que ces applications espèrent transformer grâce au digital mobile.

Que ce soit via un dispositif physique ou uniquement grâce aux smartphones (solution « stand alone »), la profusion en France des services connectés pour l’automobiliste a conduit à la création en 2017 d’une association regroupant les principaux acteurs, France AutoTech.

L’AutoTech, kézako ?

Pour Michaël Fernandez, ce nouvel environnement des services automobiles découle directement de la révolution numérique. Faisant tomber les barrières entre des activités isolées les unes des autres et permettant d’accéder à des informations qui n’étaient pas encore disponibles, l’AutoTech est souvent liée aux champs de la connectivité, de la conduite autonome, de la mobilité partagée et électrique. « On oublie souvent une cinquième dimension qui est particulièrement représentée chez nos start-up membres, la dimension digitale », précise le président de France AutoTech. Le par ailleurs cofondateur de Drust synthétise : « Tout le parcours de l’automobiliste est digitalisé et c’est une part entière de cette révolution AutoTech. »

S’il y a une structure qui participe ardemment à l’émergence de la valorisation des données des véhicules, c’est bien Via-ID. L’accélérateur de start-up de nouvelles mobilités du groupe Mobivia profite pleinement du bouillonnement de ce secteur. Directeur de la Stratégie et du Développement de Via-ID, Jean-François Dhinaux confirme que le secteur de la « « mobilité connectée » est particulièrement dynamique en termes de nouveaux projets. « Ils étaient axés sur des dispositifs type boîtier il y a 5-8 ans, désormais les problématiques concernent des plateformes de données, les moyens d’enrichir ces données pour obtenir de la donnée intelligente et exploitable », observe M. Dhinaux.

« La valeur ajoutée des services connectés vient en partie de leur intégration au parcours utilisateur » Jean-François Dhinaux, Via-ID

L’évolution de la solution Xee, accélérée par Via-ID, illustre à merveille cette tendance. Les boîtiers XeeConnect ont récemment connu leur troisième évolution et sont 35 000 en circulation. Mais ils ne sont plus l’unique source de données de la plateforme, les smartphones, entre autres, sont aussi mis à contribution. Par ailleurs, Xee s’adresse désormais autant aux voitures qu’aux deux-roues, flottes de bus, aux poids lourds et aux VUL. 1 200 bus du Grand Londres sont depuis peu surveillés par une solution émanant de la plateforme Xee. « Nous venons de dépasser le milliard de kilomètres analysés », s’enthousiasme Laurent Evain. Selon le co-directeur général de Xee, la plateforme ingère 200 millions de points de données par jour. Parmi ces informations, 10 % sont des coordonnées GPS, le reste renseignant sur le régime moteur, la consommation instantanée, le kilométrage en temps réel, etc.

Face au manque d’appétence du grand public pour les boîtiers, le BtoB s’est donc avéré en France leur seul modèle viable. Pour autant, « il est inéluctable que les services connectés feront partie de notre quotidien » estime Michaël Fernandez. Il reconnaît néanmoins que pour l’équipement aftermarket, la demande vient essentiellement des flottes, les business cases grand public demeurant pour l’heure marginaux.

AutoTech et distribution automobile

Quels usages et quels business peut-on imaginer grâce à aux services connectés pour le commerce automobile ? « De par sa proximité avec le conducteur, le distributeur rendrait un grand service s’il est capable d’aider son client à avoir une équation économique plus légère en faisant pression sur les coûts d’usage et d’entretien du véhicule », explique Laurent Evain pour convaincre l’aval automobile des atouts de la connectivité. Michaël Fernandez complète : « Les distributeurs ont entre leurs mains la relation au client automobiliste, ce qui n’a pas de prix. » En poussant la réflexion sur le long terme, Jean-François Dhinaux s’interroge sur la possibilité des distributeurs automobiles à ne pas être connectés à leurs clients et à leurs véhicules. Sont-ils prêts à abandonner une partie cruciale du parcours digital à des tiers, constructeurs ou mastodontes GAFA ?

« La capacité à voir l’information humainement change les comportements et permet d’optimiser, aussi bien en BtoB qu’en BtoC », Laurent Evain, Xee 

D’un point de vue purement commercial, la collecte des données a bien sûr un intérêt pour la maintenance et l’entretien. On peut, comme le suggère Laurent Evain, élargir l’offre à toute l’économie des consommables. « Aujourd’hui, il est économiquement sensé et valorisable de collecter et traduire les données ; écologiquement, on allège l’empreinte et on accompagne le changement de comportement, notamment quand il s’agit d’écoconduite. »

La montée en charge des véhicules électrifiés pourrait aussi constituer un tremplin pour les services connectés. Respecter les cycles de charge d’un véhicule électrique permet en effet de prolonger la durée de vie des batteries lithium-ion. « Vue la part de valeur des batteries, c’est un bien que les gestionnaires de flottes veulent surveiller à tout prix », anticipe Jean-François Dhinaux. Mais pour séduire le marché grand public, il faut que l’état d’esprit de la distribution évolue vers la volonté d’entrer dans l’expérience utilisateur à un très haut niveau de services, avec un changement de valeur sur les types d’investissement.

« Sans attendre l’effet Kodak, il y a une vraie réflexion à mener par les distributeurs automobile pour embrasser dès aujourd’hui la révolution AutoTech et de se transformer avec parce que c’est inéluctable », Michaël Fernandez-Ferri, France AutoTech

D’autant plus que ces derniers ne s’inscrivent pas dans un calendrier habituel, comme celui de la vente instantanée d’accessoires. « Avec les services connectés, il faut s’inspirer des inventeurs du concept, comme Google, ajoute Michaël Fernandez, la monétisation grâce à la publicité n’intervient que dans un second temps. Avec les services de coaching, de quantified self et autres accès à distance aux informations du véhicule, il faut penser en marge secondaire avec un ROI sur 12 à 18 mois minimum. »

Conduite et boucle vertueuses

Dans la catégorie des solutions sans boîtier, eiver tient une place particulière. L’application mobile créée par Christophe Meunier-Jacob est un outil de coaching pour avoir la conduite la plus respectueuse de l’environnement. eiver récompense avec des remises et/ou des cadeaux offerts par des partenaires. Jusqu’au printemps 2019, l’offre consistait essentiellement à proposer le service en marque blanche. Il est désormais directement adressé aux automobilistes. Ils étaient 20 000 inscrits à fin septembre, l’objectif étant d’atteindre les 150 000 à mi 2020.

« Nous sommes passés d’une cible BtoB au grand public avant tout pour des raisons de ‘scalabilité’ », Christophe Meunier-Jacob, eiver

La particularité des utilisateurs d’eiver est qu’ils sont 40 % de conducteurs âgés de moins de 34 ans. Une population complètement digitalisée et plutôt acheteuse de véhicules d’occasion… Quand le processus d’apprentissage (machine learning) de la plateforme aura atteint son rythme de croisière avec 150 000 utilisateurs, les données collectées par eiver seront anonymisées et commercialisées. À des distributeurs ?

Ce n’est pas un vœu pieu. Michaël Fernandez entrevoit même une boucle vertueuse. « Suivre un véhicule tout au long de sa vie, jusqu’à le reprendre avec une connaissance extrêmement fine de son utilisation (grâce aux données collectées via les services connectées), permet de contenir les risques lors de l’estimation de reprise », projette le président de France AutoTech. Et si le véhicule est bien repris, il n’en sera que mieux revendu.

Élargir le champs des possibles

Seety est une autre application mobile qui démontre le potentiel des services connectées dédiés à l’automobiliste. Conçue à Bruxelles par Hadrien Crespin et Nicolas Cognaux, elle fédère plus de 210 000 utilisateurs actifs en France et Belgique. La communauté a accès aux tarifs de stationnement sur la voie publique de plusieurs grandes villes et peut (surtout) alerter du passage de contractuels à une adresse donnée. Outre l’ambition d’indiquer en temps réel les places disponibles, les fondateurs de Seety souhaitent créer un « écosystème autour de la voiture », dont le modèle économique serait basé sur le succès de conversion des leads, ou d’échange de visibilité. A ce titre, des discussions ont été entamées entre Seety et un site de sourcing VO à particulier.

La nécessité de la création d’un écosystème réunissant tous les acteurs de l’auto-mobilité, du distributeur à la station-service, apparaît comme évidente. D’une part, « un client connecté est un client beaucoup plus fidèle, nous l’avons mesuré factuellement sur des dizaines de milliers de véhicules », affirme Jean-François Dhinaux. Le directeur de la Stratégie et du Développement de Via-ID est à court terme perplexe quant aux assureurs (le marché hexagonal se distingue des voisins espagnol, italien et britannique par des polices d’assurances peu onéreuses, retardant l’acceptation d’un coût supplémentaire pour un boîtier et/ou la connexion pour le transfert des données). Mais il envisage sans difficultés de possibles partenariats avec des énergéticiens, des concessionnaires d’autoroutes, des réseaux de recharge VE…

Michaël Fernandez estime pour sa part qu’il faut « s’imaginer dans un monde où la finalité ne sera plus la vente de voiture mais la consommation de mobilité, le fameux Mobility As A Service (MaaS) ». Le président de France AutoTech y voit même un message d’espoir, une véritable opportunité portée par la « révolution AutoTech, qu’il ne faut pas subir mais préempter ». Le rachat de Drust par l’allemand Continental tient-il aussi de la préemption ?

Ali Hammami

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here